© D.R.
Décembre 2006
Gérard POULET
violon

Fils du grand violoniste et chef d’orchestre Gaston Poulet, Gérard Poulet a un passé d’enfant prodige. Entré à 11 ans au Conservatoire de Paris, il en sort l’année suivante avec un premier Prix à l’unanimité du jury. La même année il donne son premier récital à Gaveau avec l’Orchestre Colonne sous la direction de son père où il joue 3 concertos (Mozart, Mendelssohn et la Symphonie espagnole de Lalo).

 

A 18 ans il remporte le 1er Grand Prix Concours International Paganini à Gênes, qui lui permettra de jouer en public sur le violon de Paganini, le fameux Guarnerius del Jesu.

 

Commence alors une brillante carrière qui va s’étendre rapidement au monde entier.

 

Gérard Poulet se perfectionne aussi auprès de grands maîtres tels que Z. Francescatti, Y. Menuhin, N. Milstein, mais ce sera surtout Henryk Szeryng qu’il reconnaîtra comme son ” père spirituel “. Jasha Heifetz est également son modèle, son idéal. C’est ainsi que petit à petit il va reprendre à la base sa formation et réapprendre à jouer du violon (il va travailler 10 ans avec Szeryng).

 

“Finalement, cela m’a pris encore dix ans pour dominer, développer tout ce qui me manquait vraiment, le phrasé, la qualité du son, la nuance, le sens du vibrato. Le style, c’est l’archet !”

 

Gérard Poulet mène avec bonheur une double carrière de soliste et de pédagogue : professeur au Conservatoire National Supérieur de Paris. Il donne aussi régulièrement des masterclasses en Chine et au Japon.

 

Il se produit avec les plus grands orchestres : l’Orchestre de Paris, l’Orchestre National de France, les Orchestres Nationaux de Strasbourg, Lille, Bordeaux, Lyon, l’Orchestre de la RAI Torino, l’Orchestre Symphonique de Radio-Prague, l’Orchestre Philharmonique de Liège, l’Orchestre symphonique de Pékin, le Stuttgart Kammerorchester…

 

Gérard Poulet joue chaque année dans les festivals les plus prestigieux : Radio France, Musée d’Orsay, Théâtre des Champs Elysées, Prades, la Grange de Meslay, Saint-Florent le vieil, Divonne, Sceaux, Saint Jean-de-Luz, Besançon, Monte Carlo, Montreux, Carthage…

 

Quant à l’activité discographique de Gérard Poulet, elle occupe maintenant une place de choix. La Sonate pour violon seul de Bartok (chez Harmonic Records) fut un événement : Grand Prix de l’Académie Charles Cros, Diapason d’Or. Il a gravé avec le pianiste Noël Lee, Fauré, Franck, Lekeu, Schubert et Stravinsky (chez Arion). Notons encore l’Intégrale des Sonates et Partitas pour violon seul de Bach (chez Arion) et la parution d’un “portrait de Gérard Poulet”, chez Arion : clarté et élégance du style, droiture et précision du jeu caractérisent ce musicien typiquement français et ce grand pédagogue.